Outils du site

Outils pour utilisateurs


Panneau latéral

P2PFR:Wiki

p2p:freenet (lu 1073 fois)

Freenet

Freenet est un logiciel très ambitieux dont la première version est parue en mars 2000. Sa vocation est de proposer un réseau d'échanges anonymisé et décentralisé. Pour cela, il repose sur un protocole de routage particulier et fait usage du chiffrement. Son auteur s'est lancé dans ce projet avec comme leitmotiv une citation d'un membre de la Free Software Foundation : «Papa, où étais-tu quand ils ont supprimé la liberté de la presse sur Internet ?».

Il s'agit d'un logiciel libre publié sous licence GPLv2, écrit en Java. Sa dépendance à la plateforme Java peut être un frein à son adoption, étant donné qu'aujourd'hui (2018), sa présence sur un système n'a rien d'obligatoire et qu'il est tout à fait envisageable de ne pas l'installer.

Freenet fonctionnait initialement avec un réseau basé un modèle Opennet, c'est à dire qu'il se connecte sans préférence particulière à d'autres noeuds du réseau. Au fil des versions, un autre mode de connexion a été élaboré sur le modèle «Friend to Friend», où cette fois-ci un noeud ne s'interconnecte qu'avec ses amis, c'est à dire d'autres noeuds dont il doit avoir la connaissance préalable. Ce mode a comme intérêt de limiter fortement les possibilités de surveillance du réseau. Cependant, comme le mode F2F est plus délicat à mettre en place, il est fréquent que les utilisateurs de Freenet tournent en mode OpenNet.


En attendant d'avoir une description digne de ce nom de Freenet, voici un retour d'expérience écrit à chaud et en live. Il ne donne donc que peu d'instructions d'utilisation, et peu d'explications techniques. Je l'ai écrit anterieurement à celui d'I2P, que je n'avais pas encore testé. Ce qui explique aussi pourquoi ce test évoque des considérations générales sur l'anonymat. Etant donné l'intérêt discutable de ce retour, je serai peut-être amené à remanier et retester Freenet pour en écrire quelque chose d'un peu plus fouillé.

Retour d'expérience sur Freenet

Introduction

On sent que les gars de chez Freenet ont eu envie de rendre l'installation accessible, Java Web Start, d'autres procédures décrites. Donc on se lance, et ça se passe très bien.

On me présente une page où on me demande si j'ai des amis ou non, je réponds donc que non. On me répond que ça craint. Oui je sais, mais j'ai hélas peu loisir de fréquenter des geeks paranoïaques et complotistes dans mon quotidien.

Je configure le bidule, ça tombe mal, il me fait tourner en rond dès que je veux entrer une valeur pour ma bande passante (j'ai peut être oublié de préciser l'unité). J'en choisis donc une prédéfinie, ça fonctionne, ouf.

Il prends son temps pour se connecter, bon ben d'accord, ça me va.

J'ai plusieurs navigateurs, dont un que j'ai configuré pour ne pas conserver d'historiques. Je le lance et j'utilise freenet avec.

En quête de contenu

Je suis impatient, je click sur “l'index des sites français”.

On y trouve un certain nombre de filous: de la presse/blog réflexive/politique, des trucs sur le cannabis et l'opium, l'huile de tournesol comme carburant, un peu de pornographie, du logiciel libre…

Après une brève lecture sur la sexualité féminine, je choisis de me mater un bon film de SF/Action, voyons ce qu'il y a: un bruce lee (cool mais déjà tous vus), underworld, l'effet papillon 2, hancock… bon y'a pas grand chose.

J'essaie comme vous l'aurez compris de trouver des films ou des albums. Il s'agit à 1ère vue d'initiatives individuelles, “ma liste de films”, c'est bien mais pas excellent. Ah, et là y'a même pas de liens pour les télécharger.

AUTRE SOLUTION, S'IL VOUS PLAIT. J'emploie donc le moteur de recherche et je tape “doomsday” en esperant tomber sur “doomsday prophecy” dont je viens de voir passer le Torrent sur un trackeur classique. Je récolte 35 résultats, mais pas ceux du film, il faut dire qu'il est récent, donc il s'agit plutôt d'articles je sais pas bien quoi je zieute à peine. Je tente “merzbow” (une de mes recherches favorites dès qu'il s'agit de tester les résultats d'un P2P), underground mais pas trop. 0 résultat, bon.

Je pense comprendre que Freenet, en façade, c'est pas intéressant. Freenet semble au moins réussir la mission de départ qu'il s'est fixé, c'est à dire de garantir la liberté d'expression, rendue possible puisque l'infrastructure rend facile la publication individuelle (du fait d'une seule personne) de documents. Heureusement, freenet dispose de solutions plus collectives/collaboratives, des “forums de discussion”, ou même des “tchats”, il faut installer des plugins. Je me lance…

J'installe WebOfTrust, nécessaire pour accéder aux forums de discussion, puis Freetalk.

Je m'abonne aux “discussions françaises sur freenet”, et à mul.downloads.movies (téléchargement de films multilangues, hormis sans doute Anglais/Allemands qui semblent disposer de leurs forums spécifiques).

Recherche de “china”, histoire de voir s'il n'y a pas des gens de là bas qui s'en servent pour communiquer des trucs chauds. A quoi ça va me servir, je me le demande… pas de truc confidentiel à découvrir… si Freenet était “utile”, il y aurait des resurgences SUR l'internet non-censuré. Mon raisonnement serait-il trop simpliste: ne devrait-on pas alors porter l'attention sur ces freesites, qui bénéficient du brouillage technique, pour faire passer l'information, et donc à notre tour l'entretenir, un peu sur le même principe que streisand.me ? Bref.

Et au passage, si vous désirez retourner à des choses plus rigolotes, vous pouvez consulter les “mémoires” d'un “citoyen français de la vieille école”. Un extrait de son introduction:

Devises
L'espoir fait vivre
Que je trépasse si je faiblis
Discipline stricte et travail acharné triomphent de toutes les difficultés

Rappel de mes positions de toujours
TOUT ce qui a parlé Français dans l'Histoire, doit redevenir Français
Un Blanc n'a pas à travailler
L'esclavage et la colonisation : solutions à nos problèmes sociaux, économiques et d'emploi
Personne n'est très motivé à empêcher une attaque arabe contre l'occident, au contraire : car c'est la meilleure chose qui puisse le réveiller

Le restant de la page est était même consultable en dehors de Freenet.

J'avoue que je n'ai pas continué à lire faute de temps, la littérature d'extrême-droite ayant parfois le don de me faire rire (c'est peut-être d'ailleurs simulé ici, quoique assez réaliste !), et quand c'est écrit sans faute c'est un régal. Le principal soucis de ce monsieur, c'est bien sûr qu'il est raciste, mais c'est mieux qu'il le soit ouvertement (même si anonymement), merci Freenet ! Toujours sur Freenet, vous pourrez d'ailleurs trouver le manifeste d'Unabomber, que là non plus je n'ai pas pu vraiment lire faute de temps, et qui m'a un peu moins fait rire, mais intéressé.

Freetalk commence à porter ses fruits (les messages apparaissent au compte goute au fur et à mesure qu'ils sont publiés j'imagine), quelques messages sur le forum francophone, des “bonjour” et aussi un “questionnement politique”. Si Freenet permet donc de parler plus ouvertement de politique, disons, sans prendre de gants (car on se retient sans doute toujours un peu), alors que les discussions se font plus timides sur les forums, ça peut être chouette. A noter toutefois qu'il semble y avoir un “karma”, et que parler sous l'influence d'un karma qui nous colle à la peau et la crainte de ne pas récolter les suffrages ça n'est pas super souhaitable non plus. Dommage.

Remarquons d'ailleurs, est-il utile de le préciser, que l'annuaire présenté en 1ère page fait l'objet d'une pré-censure, car je doute que les personnes qui contrôlent cette page y acceptent tout et n'importe quoi. La censure devient “un effet du réseau”.

Halte aux réfléxions, vous en trouverez tout plein sur Freenet, et ça n'est pas le but de l'article.

Aspects techniques

Démarrage automatique

J'apprends que freenet rajoute une entrée dans le crontab de l'utilisateur pour se lancer à chaque démarrage, ce que je ne souhaite pas. Je lance un “crontab -e” puis je commente la ligne concernée.

Conclusion

Je n'avais en fait pas écrit davantage et je n'ai pas poussé l'expérience très loin. Des précisions restent à donner sur: la publication de contenus, la possibilité réelle de télécharger des gros fichiers. En résumé, Freenet, ça fait réfléchir, mais ça croque pas beaucoup sous la dent.

Liens

p2p/freenet.txt · Dernière modification: le 26/12/2018 à 16h23 par 111110101011