Outils du site

Outils pour utilisateurs


Panneau latéral

P2PFR:Wiki

p2p:bitcoin (lu 32547 fois)

BitCoin

BitCoin est né en 2008 de la tête de développeur(s) portant le pseudonyme Satoshi Nakamoto. Celui-ci publia un document décrivant le système. La première version du logiciel bitcoind qui l'implémentait est apparue en janvier 2009.

Pour présenter la chose succintement, les bitcoins sont une monnaie dont la circulation se fait par les réseaux internet (plutôt que par papier infalsifiable). La particularité du système est qu'il fonctionne sans autorité centrale, donc sans banque et hors de contrôle des États. Il est plus approprié de la qualifier de «monnaie numérique» («digital currency» en anglais) que «monnaie virtuelle» (comme le fait souvent la presse), le «bit» de bitcoin rappellant d'ailleurs bien sa nature numérique.

Le fonctionnement de bitcoin repose sur un modèle P2P (pair à pair), ainsi que l'usage d'algorithmes de chiffrement à hachage forts qui permettent de vérifier la validité des transactions. Cette vérification est effectuée par les pairs, qui doivent conserver l'historique intégral des transactions effectuées sur le réseau. Ceci entraîne des frais de gestion, qui sont assurés par des pairs du réseau que l'on appelle les «mineurs». Les mineurs peuvent éventuellement être compensés de ces frais, notamment en tirant une commission dans le cas où l'émetteur de la transaction désirerait que celle-ci soit traitée prioritairement par le réseau. En clair, il est possible pour le payeur d'indiquer les frais de commission, qui restent minimes, pour que sa demande soit prise en compte plus ou moins rapidement par le réseau.

La monnaie numérique peut servir à effectuer des paiements ordinaires, et semble être une bonne candidate pour les petites transactions effectuées par internet (paiement de logiciels/oeuvres, dons à des sites web…). Elle peut convenir à tout type d'échanges, qu'il s'agisse de transactions en ligne ou hors ligne, tant que le commerçant accepte d'être payé en bitcoins. Cela peut inclure des restaurants, la location de serveurs internet, des jeux en ligne… il ne s'agit pas d'exemples fictifs, puisque de telles transactions sont déjà mises en pratique, même si sporadiquement, et que l'adoption de bitcoin est grandissante.

Tout cela peut nous laisser assez sceptique, mais nous laisserons aux experts en finance et en cryptographie la charge d'éclaircir ces doutes. Le site de Bitcoin ainsi que les divers sites de presse vous en diront plus quant à l'éventuelle faillibilité du système. Pour le moment, la Banque Centrale Européenne semble lui accorder un certain crédit.

L'un des points faibles reconnus est que si une entité dispose d'une capacité de traitement d'un ordre autre que celle des autres pairs du réseau, il lui serait possible de nuire au réseau de façon limitée. D'après le wiki Bitcoin, une telle puissance de calcul n'est à la portée d'aucuns, si ce n'est qu'un ordinateur quantique pourrait le permettre. Mais un tel ordinateur pourrait également permettre de casser les transactions sécurisées telles que d'ores et déjà mises en pratiques par les banques. La question de la faillibilité du système par d'autres vecteurs reste ouverte (et le sera si on peut dire toujours…).

Les échanges de monnaie se font par le biais de l'adresse bitcoin d'un compte, et sans que l'on connaisse nécessairement l'identité réelle de la personne qui possède ce compte. Il est possible pour une personne de disposer de plusieurs comptes. La monnaie est stockée dans des «malettes» numériques (serait-il plus approprié de parler de «clés» ?) qu'il faut garder en sécurité, sous peine de perdre les bitcoins auxquelles elles donnent accès.

Le cours du bitcoin varie comme toute autre monnaie, on doit pouvoir en “acheter”, les utiliser, ou en vendre. Certains sites servent de places d'échanges, et permettent de convertir cet argent en vrai dollars et vrais euros, et vice versa.

Le nombre de bitcoins en circulation augmente continuellement, par le travail des «mineurs» (effectuant des tâches pour le réseau), mais obtenir un nouveau bitcoin par ce procédé est long et fastidieux. Certains utilisateurs s'associent en pools pour avoir plus de chance de miner quelque chose.

Par conception, il ne peut y avoir plus de 21 millions de bitcoins mis en circulation, ce qui devrait se produire vers l'an 2140 selon des estimations1). La monnaie bitcoin est divisible jusqu'à un certain niveau, ainsi l'on peut payer avec des fractions (0,005 BTC, par exemple). Si cela venait à être insuffisant, il est possible de la redécouper en d'autres unités.

Alors est-ce que Bitcoin nous sauvera de la misère du monde ? Et est-ce qu'on pourra bientôt refiler nos bitcoins à des clochards ? Les réponses à ces questions restent pour le moment en suspens… \_o< ← BitCoinCoin

Et si on commençait par avoir un porte-bitcoins ?

Il existe des malettes (wallet) pour tout système d'exploitation (Linux/Mac/Windows), certains clients étant compatibles avec plusieurs à la fois, y compris pour Android.

Aucun client BitCoin n'est pour le moment présent dans les dépots Debian.

Le client originel, Bitcoin-QT, se traine la réputation de lourdeau (donc pour un usage simple, on l'évitera…).

Les projets mis en évidence sur le site de BitCoin et qui semblent davantage accessibles sont Multibit, et Electrum.

Electrum

Sa page de téléchargement: http://electrum.org/download.html

Au lancement, il remarque que nous n'avons pas de wallet, et nous propose d'en créer une.

Il nous présente alors une suite de 12 mots anglais qu'on doit garder secrets, j'ai failli coller bêtement une capture d'écran ! :D Il y a même un QR code qui permet de la stocker. Cette suite donne un accès à votre malette bitcoins au cas où si vous la perdez, elle est donc très importante.

Il demande ensuite de choisir un mot de passe. Il faut bien sûr en choisir un assez costaud. Ce mot de passe sert à crypter la malette qui se situe sur votre disque dur. Vous pourrez le changer plus tard au besoin.

Electrum présente à l'écran 5 adresses bitcoins qu'il a automatiquement généré, il suffit d'en choisir une et de la publier pour indiquer que l'on peut recevoir des paiements dessus.

Il est possible d'enregistrer des contacts, j'ai ajouté celle de PirateBay pour essayer. J'aurais aimé consulter l'historique de ses transactions, mais ça ne semble pas à la portée du client. Des sites tels BlockExplorer viennent pallier à ce manque.

En fait, tout semble assez simple, jusque là. Par contre, les options ont quelques trucs un peu moins clairs. Par exemple, la fameuse suite secrète composée de 12 mots, est-elle vraiment sûre ? S'il suffit d'utiliser un dictionnaire de mots et de deviner l'ordre… Les concepteurs d'Electrum se glousseraient de la question, mais on en apprend un peu plus sur le wiki de BitCoin.

Et un onglet “Historique”, qui reste désespérément vide. Bouhouhou.

Le logiciel possède 2 modes d'interface, dont une “mini” (à droite) dont le thème graphique peut être personnalisé.

Et là j'ai l'impression d'être devenu quelqu'un de vraiment important, et bientôt très riche. Merci Electrum, merci Bitcoin.

La simplicité d'Electrum (et sa limitation ?) est que ce client utilise un relai plutôt que de nous rendre membre à part entière du réseau (ce qui consomme de la bande passante et des ressources). Autrement dit, il est utile dans le cas où nous désirons juste avoir un porte-feuille, sans participer outre-mesure au réseau.

Il y a en fait d'autres subtilités, mais nous nous arrêterons ici pour ce dossier. Le mieux étant de se référer à la documentation située sur les sites des logiciels, ou le site de BitCoin. Bien comprendre le rôle que jouent chaque des mots de passes, adresses bitcoins, clés publiques et privées, peut demander un peu de temps, mais est impératif pour ne pas faire d'erreur.

Monnaies similaires

Dérivés de BitCoin

Freecoin, Litecoin, Devcoin, Ixcoin, Namecoin, Ppcoin, Terracoin … les émules sont nombreux. Après tout c'est pareil pour l'€uro, le franc belge, la livre sterling, le dollar, donc cette variété n'est pas si choquante.

Ces monnaies peuvent attirer la confiance ou la méfiance, il paraît que leur «valeur» en dépend. Le wiki BitCoin met en garde donc de possibles «pump and dump» (pomper et bazarder), qui revient à tirer profit pendant un temps pour une solution que les auteurs savent non-viable mais qui est attirante. Une fois la valeur de la devise augmentée, ils peuvent décider d'en tirer les profits, et laisser les victimes à sec.

Comme le précise le site BitCoin.fr, il est vraisemblable que plusieurs de ces monnaies ne tiennent pas le coup longtemps.

D'autres monnaies sont recensées sur le wiki de BitCoin, ainsi que leur description et éventuelles critiques.

Autres systèmes

  • D'autres monnaies «numériques» ou «virtuelles» pas nécessairement décentralisées, comme le Linden Dollar utilisé dans Second Life.

Autres usages de BitCoin

BitMessage

https://bitmessage.org/wiki/Main_Page, Bitmessage - communication cryptée par p2p/bitcoin

Bitmessage is a P2P communications protocol used to send encrypted messages to another person or to many subscribers. It is decentralized and trustless, meaning that you need-not inherently trust any entities like root certificate authorities. It uses strong authentication which means that the sender of a message cannot be spoofed, and it aims to hide “non-content” data, like the sender and receiver of messages, from passive eavesdroppers like those running warrantless wiretapping programs. If Bitmessage is completely new to you, you may wish to start by reading the whitepaper.

  • Quelle limite en taille des pièces jointes ?
  • On ne peut pas échanger facilement son adresse bitmessage, car il s'agit d'un hash, donc difficile à écrire sur le papier

NameCoin

Namecoin is an alternative distributed Domain Name System (DNS) on the basis of Bitcoin software. It expands the software so that transactions for registering, updating, and transferring domains to serve.

Like Bitcoin, Namecoin is a peer-to-peer system, which, assuming an honest majority of participants can not be controlled by a single state or a company. Changes to the namespace of the rightful owner of a domain with a public key signature method and distributed to all peer-to-peer users. The inclusion in the block chain , as the eternal logfile is used, the transactions are authentic. The block chain grows whenever new transactions, if any of the participants through a fairly intense proof-of-work process, a matching result of a cryptographic hash function has found what may be verified by all other participants. The falsification of a longer chain block is, due to the computational effort, impractical.

Currently, the top-level domain .bit used in the official domain name system is not awarded. To resolve domain name you need either the current block chain or use a public name server that participates in the Namecoin system. Namecoin uses a separate block of Bitcoin chain. The software is open source and is hosted on GitHub.

BitCloud, Twister...

Bitcoin est une source d'inspiration pour certaines expériences logicielles. Bitcloud assemble ainsi les concepts de blockchains, de bittorrent, pour créer un réseau où il serait possible de diffuser du contenu à gros volume de façon décentralisée. Il s'agirait au fond d'une plateforme de développement d'applications décentralisées. D'après cet article de Wired, la caractéristique principale du réseau est de créer un appel à participer au réseau via une façon de monétariser les échanges de données. Question: qu'est-ce qui distingue cela des quotas de BitTorrent ? Et en quoi cet attrait serait-il absent des réseaux décentralisés précédents comme Freenet ?

Au sujet de Twister, il s'agit d'une plateforme de microblogging (comme Twitter et Diaspora), sauf qu'elle fonctionne de façon totalement décantralisée.

Le fonctionnement n'est pas si simple à comprendre, donc nous laisserons le temps y répondre…

Dark Wallet

Dark Wallet est une initiative pour ajuster bitcoin de façon à ce qu'il procède autrement qu'avec une blockchain traçable. Les transactions bitcoins sont normalement anonymes (on peut disposer d'autant d'adresses bitcoins que l'on souhaite… mais il faut bien alimenter ses comptes à un moment ou à un autre), mais en remontant l'historique on peut parfois deviner qui les a opérées.

OpenBazaar

Est un logiciel qui cherche à créer une place de marché (comme Silkroad, ou eBay) de façon décentralisée, et utilisant le bitcoin.

Liens

Des articles de presse

p2p/bitcoin.txt · Dernière modification: le 07/01/2017 à 12h26 par 111110101011