Outils du site

Outils pour utilisateurs


Panneau latéral

P2PFR:Wiki

divers:documentaires (lu 8431 fois)

Documentaires traitant du P2P

On s'amusera à recenser ici quelques documentaires traitant des logiciels peer-to-peer, ou de phénomènes liés.

The Pirate Bay - AFK

Un documentaire, réalisé en février 2012, qui relate l'un des épisodes ayant marqué la vie du site Pirate Bay, plus précisément le procès mené en Suède de Fredrik Neij, Peter Sunde et Gottfrid Svartholm durant les années 2009-2010. Ces 3 personnes sont devenues célèbres de par leur implication dans le site TPB durant les premières années de son existence.

Comment s'organise The Pirate Bay et quelle responsabilité imputer à chacun ? Grande question à laquelle cherchent à répondre les tribunaux.

Ne vous attendez pas à y trouver un grand plaidoyer en faveur du piratage, car il ne s'agissait pas, semble t-il, de la stratégie de défense choisie pour ce procès.

Par contre, le documentaire essaie de montrer, via les interventions de chacun, en quoi ces 3 jeunes gens ne faisaient rien de méchant. The Pirate Bay après tout n'est qu'un site de «mise en relation des internautes».

Voir les 3 icônes de The Pirate Bay en film, c'est aussi découvrir leur personnalité et les rapports humains qu'ils entretiennent entre eux, entre blagues de geeks, amitié et petites tensions. Quelques tranches de vie où on les voit se questionner sur leur intention de se planquer en Thaïlande et en Malaisie pour fuir le jugement.

On y voit aussi les plaignants, qui croient dur comme fer que TPB était un business juteux de par les revenus publicitaires qu'il engendrait. Vraiment ? Qui croire ? Ce docu dévoile aussi quelques irrégularités à l'égard des juges, plus précisément leurs accointances avec les plaignants.

Ce docu parle aussi de quelques initiatives qui gravitent autour de The Pirate Bay, comme le Bureau Pirate, le Parti Pirate, Flatr et Kopimi.

Au final, le jugement a aboutit à une condamnation à de la prison ferme. Un peu dur pour une simple histoire de contrefaçon numérique… Malgré tout comme vous le savez, le bateau pirate vogue toujours…

Ce documentaire ne fait donc pas mention des divers remous qu'a connu le site The Pirate Bay en début d'année 2015, puisqu'il a été réalisé plusieurs années auparavant.

Pirat@ge

Un documentaire en français qui parle hacking, peer-to-peer…

Voir notre topic: http://forum.p2pfr.com/viewtopic.php?f=11&t=24095

Steel this film 1 & 2

Download Historien Om Internet Napster

Un documentaire suédois ? sur Napster mais dont le sujet dérive vite. Je n'en garde pas un grand souvenir, c'est très bof.

Downloaded (2013)

Le titre pourrait laisser penser que ce documentaire parle du téléchargement en général, son sujet est en fait plus précis que cela puisqu'il s'agit de l'histoire de Napster. L'auteur du docu est Alex Winter, il prépare actuellement (2014) un docu sur l'aventure Silk Road du monde BitCoin.

L'article wikipédia indique que les critiques reçues pour ce docu sont mitigées. Pour en avoir regardé un certain nombre sur les thématiques «pirates et autres sujets geeks», je trouve que celui-ci s'en sort au contraire plutôt pas mal.

Les interventions sont plutôt courtes mais variées, et intéressantes. S'exprimeront une ribambelle de gens ayant été impliqués dans l'histoire de Napster: des employés de Napster, l'EFF, Lawrence Lessing, des musiciens et maisons de disques, la RIAA…

En arrière plan, un portrait de Shawn Fenning qui ne cherche pas à le glorifier. mais à travers qui l'on perçoit pourquoi Napster est un logiciel qui a pu marquer son époque. Napster a initié les rapports avec l'industrie du disque d'une manière fracassante avec hélas une issue malheureuse, mais au delà de ça, son existence même mettait en avant des qualités difficiles à percevoir, car proposant une vision inhabituelle et alternative à celle diabolisant les téléchargeurs.

Note: j'ai récupéré les sous-titres anglais, je ne sais pas s'ils existent en français.

Prises de notes

Ci-dessous, une prise de note partiellement incomplète faite lors du visionnage du documentaire. N'hésitez pas à compléter si vous revisionnez le docu.

Partie 1

L'intro débute sur Shawn Fanning qui distribue une 1ère version Beta de son logiciel après quelques discussions sur IRC et 6 mois de travail.

Shawn Fanning et Sean Parker (aka «Manowar») se connaissent depuis plusieurs années sur IRC. Sean s'occupe principalement de trouver des investisseurs.

Intervention rapide de quelques développeurs de l'équipe Napster: Jordan Ritter (responsable architecture serveur), Ali Aydar (directeur technique)…

Napster, personne n'y croyait. ;) Certains ne pensaient pas que les gens allaient bien vouloir qu'on prenne les MP3 situés sur leurs disques durs.

Mise en perspective par rapport au réseau internet.

Interventions d'autre personnels de la boite: directrice stratégie, CEO…

Famille de Shawn. Scolarité de Shawn.

Ordinateur comme outil pour écouter de la musique.

Partie 2: Les destructeurs

Shawn n'a pas la science infuse en programmation et se fait aider par la communauté.

Aspect social de la découverte musicale.

En réponse à cet émerveillement, naissance d'une opposition. RIAA (Hilary Rosen), maisons de disques (Sony).

Partie 3

Magasins de disques.

Napster n'a que des avantages (choix musical, facilité, prix…).

Partie 4

Parution d'un article sur ZDNet (par Robert Lemos, le 13 août 1999).

Techniquement, soucis du passage à l'échelle, chaque petite amélioration est une victoire.

L'équipe Napster a eu une influence sur l'industrie musicale en y étant pourtant totalement étrangère, ils ne connaissaient personne en faisant partie.

Légalité de Napster dans une zone grise, mais le DMCA lève la responsabilité pour les indexeurs du réseau.

Questionnement sur la légalité. D'un côté, on n'arrêtera pas la technique… 15 ans plus tard, la question n'est toujours pas résolue.

Napster se fait bannir des universités, en réponse, contestation massive des étudiants.

Croyance en la possibilité que la technique bénéficie à tout le monde, utilisateurs comme artistes. Pour certains artistes, Napster est un «nouveau modèle de radio», pour d'autres (Trent Reznor, Dr Dre, Eminem?), c'est du vol ! Artistes favorables: David Bowie, Moby?, Limp Bizkit.

Le groupe «Dispatch», relation favorable: Napster comme réseau de promotion alternatif.

Un extrait de South Park: «télécharger gratos c'est cool» → assaut du FBI.

Partie 5 (46:18)

Réaction des artistes.

Compatibilité avec le DMCA. Non dit dans le docu: climat de protection des intermédiaires techniques fortement remis en cause aujourd'hui (2014) où les grandes vagues de censure ne tiennent pas compte de cela.

Parole de la RIAA: «Ils fabriquent un commerce, ça n'est pas juste un petit mec innocent».

Intervention (hypocrite car favorable à Napster?) de Thomas Middelhoff, CEO de Bertelsmann Media Group (BMG).

Des phases de négociation qui ont été importantes, et désirées de la part de la boite Napster. De l'autre côté, difficulté à accepter la chose (la nouveauté n'émane pas d'eux).

Réaction de Metallica: le début de la paperasserie (en fait sans doute instituée par le DMCA qui préconise la censure des liens, sauf qu'ici il s'agirait de censurer des utilisateurs).

Opposants de Napster: groupe de la scène Metal, et Gangsta Rap … soit des rebelles. Logique ?

Au sénat,

Musicien de The Byrds: Rémunération de Columbia modiques, celles de MP3.com s'élèvent à 50%.

Gene Kan, développeur Gnutella: «s'adapter à la technique, nouveau modèle où les règles passées ne fonctionnent plus».

Partie 6 (1:05:23): the center cannot hold

Une défense mal préparée par l'avocat de Napster.

Pièce à conviction a servi de prétexte à désapprouver Napster: un email de Sean Parker qui témoigne qu'ils sont bien au courant que les utilisateurs piratent de la musique, et qu'ils devraient réfléchir à une solution pour les rendre anonymes (autrement dit: maintenir la confidentialité du partage)

Défense articulée sur l'usage raisonnable du service: pour du sampling, pour distribuer des bootlegs.

Autre point de défense: Napster n'a rien a voir avec ça, le transfert se fait de personne à personne.

Soutien financier de Bertelsmann.

Le but n'est plus pour eux de créer un bon produit mais de survivre.

Déclin progressif. Filtrage de la musique. Accords avec les maisons de disques impossibles à avoir.

L'accord amène 100 millions de dollars d'investissement qui sont perdus dans la foulée.

Partie 7 (1:26:39): You say you want a revolution

Un peu de redite ici. L'industrie du disque ne s'adapte pas, mais chasse ses propres clients.

Les fondateurs de Napster (Shawn et Sean) ne se retrouvent pas avec des sous plein les poches, mais avec des dettes comparables à celles d'autres étudiants de leur age.

Comment s'en sortent les fondateurs dans leurs projets futurs ?

Snocap: une initiative pour recenser toutes les oeuvres protégées. Mais fut court-circuité par Itunes, plus réconfortant pour les maisons de disques.

Sean lance Plaxo, un réseau social. Se rapproche de Facebook. Spotify.

Shawn & Sean fondent Airtime en 2011, un service de mise en relation d'internautes partageant les mêmes intérêts pour des rencontres «anonymes» video façon chatroulette mais dont les utilisateurs sont associés par le système à leur compte facebook.

Autres

divers/documentaires.txt · Dernière modification: le 18/01/2016 à 10h55 par 111110101011